QU'EST-CE QUE L'ÉTHIQUE  ?

L’éthique est une réflexion sur les valeurs qui orientent et motivent nos actions.

Cette réflexion s’intéresse à nos rapports avec autrui et peut être menée à deux niveaux.

Au niveau le plus général, la réflexion éthique porte sur les conceptions du bien, du juste et de l’accomplissement humain.

 

Elle répond à des questions comme :

- qu’est-ce qui est le plus important dans la vie ?

- que voulons-nous accomplir ?

- quels types de rapports voulons-nous entretenir avec les autres ?

Les valeurs deviennent ainsi des objectifs à atteindre, des idéaux à réaliser.

À l’échelle individuelle, nos actions sont autant de moyens d’actualiser nos valeurs.

À l’échelle collective, l’imposition de règles est aussi un moyen de réaliser l’idéal partagé;

les actions qui vont dans le sens de l’idéal deviennent des devoirs, des obligations.

 

Les règles, cependant, sont générales et ne peuvent couvrir toutes les situations où des choix d’actions sont nécessaires.

C’est pourquoi la réflexion éthique peut aussi porter, au niveau particulier,

sur les cas embarrassants et les dilemmes :

- quelle est la valeur la plus importante dans cette situation ?

- quelle est la meilleure décision éthique dans ces circonstances ?

ÉTHIQUE ... ET DÉONTOLOGIE

Je suis praticien certifié, membre du syndicat national des praticiens en psychothérapie relationnelle et psychanalyse (SNPpsy).

Le SNPpsy, fondé en 1981, regroupe des praticiens d’écoles de pensée et de références théoriques diverses.

Il préconise une grande rigueur dans le cadre thérapeutique et pose des exigences pour la formation du praticien et son éthique.

Les règles déontologiques des praticiens en psychothérapie relationnelle, tels que la commission de déontologie du SNPPsy les a formulés, sont fondés par quatre grands principes issus d'une pensée sur l'éthique de la psychothérapie :

 

1 - Respect de la personne et de sa subjectivité.

Le praticien en psychothérapie relationnelle considère la personne qui le consulte comme un sujet unique et libre, ce qui le conduit à respecter sa dignité, son intimité, ses parts inconscientes et leur expression symbolique, son autonomie, ses options philosophiques ou religieuses.

2 - Intégrité du soin.

Le praticien en psychothérapie relationnelle se met au seul service du processus psychothérapique de la personne. Il ne fait rien qui pourrait lui nuire ou qui serait motivé par l'intérêt de tiers ou par des fins personnelles conscientes ou inconscientes autres que celles de la psychothérapie.

3 - Compétence professionnelle.

Le praticien en psychothérapie relationnelle s'autorise de sa compétence acquise par un travail psychothérapique sur lui-même approfondi, par des formations spécialisées de haut niveau, par un questionnement constant de sa pratique et par une coopération avec ses pairs dans le cadre d'instances professionnelles.

4 - Responsabilité.

Le praticien en psychothérapie relationnelle décide seul de ses méthodes et techniques psychothérapiques.

Je me suis engagé à respecter le code de déontologie adopté par le SNPpsy.

Les membres titulaires du SNPpsy répondent à cinq critères solidaires et indissociables :

  1. Avoir soi-même suivi une psychothérapie ou psychanalyse suffisante.

  2. Bien connaître son métier : méthodes, théories, pratique, psychopathologie. Un métier appris dans des écoles spécialisées alliant la didactique à l’expérientiel.

  3. Être en supervision ou contrôle constant auprès d’un professionnel qualifié dans le domaine.

  4. Se référer à un code de déontologie spécifique. Celui du SNPpsy, créé en 1981 et mis à jour en 2014 fait généralement référence.

  5. Se voir agréé par une commission de pairs professionnels expérimentés qui apprécient le savoir-être, savoir et savoir-faire spécifique de leur collègue.

Accès au code  de déontologie et au site  du SNPpsy :

http://www.snppsy.org/code-de-deontologie

Emmanuel PICARD l Tous droits réservés - 2019 l SIRET N° 384 034 583 00029 l MENTIONS LÉGALES

  • Facebook Social Icône